Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui,je vous présente le costume de la "nounou " traditionnelle.

Elle est appelée Neinnein. (nin-nin)


La neinnein était la nourrice de la famille et considérée comme un véritable parent.
Elle était chargée de l'éducation des enfants de la maitresse de maison depuis leur naissance jusqu'à leur mariage .
Et elle restait la confidente de la famille.



Sa tenue de tout les jours comporte:
un corsage blanc de coton très fin.
Le devant du corsage est légèrement échancré,mais toujours richement travaillé de petits plis,nervures,nids d'abeille,entre-deux et dentelle.
Les manches sont bouffantes ou bouillonnées,courtes ou trois-quart.Elles se terminent toujours par un petit volant plissé,froncé ou en dentelle.
Selon l'âge de la dame.(mais c'était souvent une personne âgée.)
la jupe froncéee est en coton fleuri ou uni.
Sur la jupe un tablier à poche:la neinnein y glisse le mouchoir ou autres accessoires du bébé.
La coiffe diffère des autres costumes: le "gnangnan" forme une grande corniche qui retombe sur le côté.
Un foulard de tissu mercerisé ou de tulle avec des volants repose sur les épaules.Les pointes du foulard sont piquées des deux côtés avec des épingles de nourrice en or.
Remarquez aussi les bijoux qu'elle porte.
Sur cette photo,la neinnein porte des chaussures plates noires....
(elle circulait  à l'époque nu-pieds.)




La neinnein portait une tenue spéciale à l'occasion des baptêmes.

"La neinnein bap'tainm (nin-nin batin-m)"




Notre mémoire guyanaise Auxence Contout raconte :

"Pour la créologie guyanaise,cette femme expérimentée,célibataire endurcie,éduquait les enfants et les couvrait d'affection à un dégré tel que ses petits protégés ne juraient que par elle et se réfugiaient dans ses bras quand ils étaient grondés ou houspillés par un des membres de la famille.Elle était omniprésente dans les évènements familiaux : les deuils,les naissances,les baptèmes,les premières communions,les mariages.
Le jour du baptême,il lui revenait l'insigne honneur de porter bébé sur les fonts baptismaux.H
abillée ce jour-là, d'un costume d'une richesse exceptionnelle.Sur sa jupe longue faite d'un tissu très important était élégamment glissé à la taille un mouchoir de fine baptiste, joliment brodé de dentelle légère ainsi que la petite aumônière où elle glissait les bijoux de bébé.Ses manches pouvaient être aussi courtes ou trois-quart bien décorées de nervures et entièrement faites de broderie anglaise.Ces manches pouvaient être aussi gonflantes et bouillonnées.Ces dernières portées au 17ième siècle,se retrouvaient en 1780 sous le nouveau vocable  de "manches de l'ouvrière",terme qui nous vient de France.
Ce grand jour de baptême,la ninnin avait pris soin de venir à l'église avec les bijoux de bébé pour les faire bénir afin de le protéger contre les terribles maladies infantiles qui sévissaient si durement à cette époque.Signalons enfin que quand bébé avait le nez bouché,la ninnin comme le faisaient nos mamans aspirait de sa bouche ce vilain rhume qui encombrait les fosses nasales de son protégé.
Belle coutume guyano-guyanaise qui se perd , hélas ! dans la nuit des temps...."







à bientôt!


Sources:La semaine guyanaise pour le texte d'Auxence Contout
et traditions vestimentaires créoles
de Nicole Parfait.
Tag(s) : #Coutumes.

Partager cet article

Repost 0