Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors,vous me suivez....nous allons voir l'exposition d'une nuit....

Une exposition qui a pour sujet le tambour créole!



Les sources africaines de la musique créole.

L'origine des danses locales, ou de "folklore" remonte à l'esclavage.C'est en fonction de l'organisation du travail et des loisirs,mise en place par les maîtres blancs,qu'elles se sont créées et diversifiées.Car il s'agit bien de création, dans la mesure où sur fond de tambour donnant un rythme indéniablement africain,se greffent des chansons créoles d'une part et des danses dont les figures s'inspirent à la fois des danses européennes et des danses africaines,tout en se démarquant  des unes comme des autres, selon un processus de réappropriation.
Deux types de "danses locales" peuvent être distingués.certaines de ces danses sont en effet considérées comme populaires( bélya,Kasé-co)d'autres comme étant" plus réservées" voire plus correctes(gragé,lérol).A l'origine ,les premières relevaient des loisirs personnels des esclaves sur plantation,tandis que les secondes pouvaient être exécutées dans les salons du maître,à la demande de ce dernier,ce qui constituait donc déjà,un spectacle.


Le tambour Kasé-Ko.
Danse de divertissement sur les plantations autrefois,ou plus récemment,dans les soirées populaires,le Kasé-Ko se joue sur des tambours,auxquels s'ajoutent les tibwa que l'on frappe alternativement,ainsi que le chacha(hochet) tenu à deux mains pour secouer les plombs placés à l'intérieur.Le rythme de cette danse est particulièrement rapide.Les danseurs évoluent dans un mouvement saccadé du corps,d'où l'expression Kasé-Ko qui signifie casser le corps.

Les tambours du Kasé-Ko sont au nombre de trois.On distingue le tambour Koupé,le plus petit des trois,utilisé pour les solos,le tambour Foulé qui est de taille moyenne...il sert à l'accompagnement et donne la cadence..., et enfin le tambour  Marké, le plus gros des trois,qui sert à la basse.


Le tambour Gragé.
Le gragé ,originaire de la région de Sinnamary, est une danse à trois temps.Elle est exécutée au son des tambourins traditionnellement appelés tanbou gragé.

La peau de ce type de tambour est tendue sur un cadre en bois enduit de colle à base de vessie natatoire de poisson.L'accordage du tambourin est effectué en chauffant l'instrument  au dessus d'un feu de bois.

Le tanbou gragé dont la taille et la hauteur de cadre peuvent différer sensiblement est joué en batterie avec d'autres tambours.


Le tambour Kamougué.
Outre les tambours Kasé-Ko et Gragé,un autre instrument à percussion existe chez les créoles : c'est le tambour Kamougué.C'est un tambour à une peau, de grande taille.
Le plus gros et le plus long de ces tambours est le mâle.Il sert à fouler(accompagnement).L'autre tambour plus court et plus mince est la femelle:il sert à couper(solo).

  le corps des tambours est fait à partir de troncs...on peut soit bruler le corps pour le creuser ...soit rechercher le tronc creux d'un vieil arbre.

En général,les tambours kamougué sont plus minces à la base et plus larges dans la partie où se fixe la peau.Celle-ci est fixée à l'aide de chevilles cylindriques(4 le plus souvent),fichées dans des trous d'égal diamètre pratiqués dans le corps du tambour à environ 25 centimètres du bord.


La peau du tambour Kamougué est très épaisse pour résonner au loin.La plus utilisée est celle de la biche.

Le tambour Kamougué se joue à cheval sur le corps de l'instrument.La tibwa est battu à même le fut,à l'arrière du tambour.

à suivre....




sources: Musée des cultures guyanaises.
Tag(s) : #Musées et patrimoine.

Partager cet article

Repost 0